Saxophone

Résultats

Jacques Di Donato

musicien 17 Déc 15 0

Jacques DI DONATO a joué tous les rôles en musiques : créateur, interprète, passeur, infatigable provocateur d’émotions et de passions. Après des études supérieures en clarinette au CNSM de Paris, sa curiosité le conduit à embrasser tous les genres musicaux : le bal dans l’orchestre familial, le studio, le show-biz, puis le Nouvel Orchestre Philharmonique de Radio France, la musique de chambre, les concerts en soliste, la pédagogie (notamment au CNSMD de Lyon). Clarinettiste, saxophoniste, batteur, c’est un rebelle qui ne manque pas de causes : en témoignent les dix éditions du Festival Fruits de Mhère, réunissant au cœur battant du Morvan le meilleur de toute la scène internationale des musiques improvisées. Il participe à de nombreuses créations et vit des rencontres fortes avec les compositeurs parmi les plus marquants de notre époque : K. Stockhausen, P. Boulez, G. Amy, O. Messiaen, J. Cage, L. Berio, V. Globokar, L. Nono, G. Aperghis. Son expérience professionnelle et sa carrière de soliste international ne le limitent en rien ; il y puise la possibilité d’une permission illimitée et communicative : improviser, ce n’est ni paraphraser, ni faire n’importe quoi, c’est s’autoriser. Son souci constant est de privilégier la création et de générer le bonheur d’aventures avec des musiques en dehors des genres, aux confins de la rigueur et du plaisir.

Nicolas Nageotte

musicien 17 Déc 15 0

Au départ il y a des études scientifiques et la clarinette classique. Puis à la suite de ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon (où il est élève de Jacques Di Donato) Nicolas Nageotte emprunte les chemins de traverse. Aux clarinettes (sib, basse, clarinette orientale, doudouk), aux saxophones (alto, baryton), il ne cesse de provoquer les rencontres aux frontières de l’écriture, de l’improvisation, des traditions orales.

Il s’exprime sur scène au sein des Emeudroïdes (improvisation libre), de Brahmâ (rock déclassé, avec Jacques Di Donato à la batterie et Florent Pujuila à la guitare), du Radeau de la Méduse (avec Isabelle Duthoit et Simon Henocq), du Cercle de Gaël Mevel, du Poète à New-York de Beñat Achiary, de Talawine ou d’Oksit (musiques orientales), mais aussi au sein de grands ensembles comme le Namascae Lemanic Modern Ensemble, ou de l’orchestre les Siècles.

Depuis 2010, il partage son temps entre Istanbul (où il apprend notamment les musiques tsiganes de Thrace, auprès de Selim et de Ramazan Sesler), la Bourgogne où il a élu domicile et où il enseigne (au conservatoire de Région de Chalon-sur-Saône et au Pôle Supérieur de Dijon), et toutes les scènes françaises de musiques libres.

Au saxophone, son langage est délibérément rageur et indiscipliné. De longues années de pratique du tai chi chuan (style yang originel) ne lui ont pas permis de canaliser son jeu.