musicien

Archive pour Catégories

Fabrice Charles

musicien 10 Juil 18 0

De formation classique, Fabrice CHARLES développe son travail artistique dans divers champs : l’improvisation, l’interprétation, la création et la pédagogie.

Enseigne le trombone et le tuba à l’École Nationale de Musique d’Aurillac de 1993 à 2007. Intervenant régulier pour l’improvisation en Centre de Formation de Musicien Intervenant et en école de musiques actuelles. Il intervient régulièrement en milieu scolaire pour sensibiliser les élèves aux instruments de la famille des Cuivres,et mettre en œuvre des ateliers de pratique et de création.

Depuis 1995, il dirige la Fanfare de la Touffe : fanfare improvisée composée de non-musiciens (www.lafanfaredelatouffe.net). Avec ce projet, il participe à diverses actions en France et à l’étranger (Italie, Turquie, Allemagne…). Cette expérience l’amène à se consacrer à des rencontres avec des publics variés (Centre Aide par le Travail, Centres sociaux, Maison de quartier..).

Actuellement membre du trio de trombones Bomonstre, avec Olivier Bost et Patrick Charbonnier, et également de l’Anguison Quartet, avec Jacques Didonato, Roméo Monteiro et Nicolas Nageotte.

Il est aussi membre de L’Ensemble Hiatusensemble international de musique contemporaine créé à l’initiative de la violoncelliste Martine Altenburger et du percussionniste Lê Quan Ninh.
Modulaire et à géométrie variable, sa particularité est que la majorité – sinon la totalité – de ses membres possède à la fois une expérience d’interprète et d’improvisateur.

Il joue régulièrement en Quatuor avec Sophie Delizée (chant), Gérard Fabbiani (clarinette basse) et Jacques Hémery (peintre).

Hassan Abd Alrahman

musicien 31 Jan 17 0

Hassan Abd Alrahman se consacre au oud depuis l’âge de 16 ans. C’est notamment à Alep auprès de Nedim Elderwiche qu’il a étudié la musique traditionnelle du Moyen- Orient.

Hassan s’est d’abord produit en Syrie et en particulier à Damas, avant de rencontrer le pianiste français Bruno Paoli (avec qui il a formé son premier groupe de jazz oriental) et de quitter la Syrie pour s’installer en France.

A Strasbourg il imagine le groupe Shezar avec le clarinettiste norvégien Ketil Selvic, le contrebassiste et joueur de tarhu Nicolas Beck et le percussionniste Fabien Guyot. En quinze années d’existence, le groupe s’est produit de nombreuses fois en France et en Norvège, et a publié 3 disques.

Entre 2004 et 2008, à Mayotte où il réside, il rejoint le groupe Tarab avec le violoniste marocain Hamid Belhaf.

En 2008, de retour en métropole, Hassan forme à Lyon le groupe Bassma avec Chems Hamrouche et David Bruley ainsi que le duo Madarat avec le violoniste Jean- Pierre Rudolph. Il joue également aux côtés du clown Grégory Escolin dans le spectacle Tarbouch Babouche, scènes burlesques sur le thème de l’Orient. Au théâtre, Jean-Paul Wenzel l’engage sur la scène de son Antigone 82 d’après Sorj Chalandon.

En 2011, en Bourgogne et à Lyon, il réunit le trio Talawine autour de ses compositions. Azraq (« bleu »), leur premier disque sort en 2016.

Hassan pratique également le ney (la flûte orientale), les percussions (bendir, riqq) et le bouzouki.

Roméo Monteiro

musicien 20 Déc 15 0

Musicien touche à tout, principalement percussionniste et compositeur, il étudie au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon et se consacre particulièrement aux nouvelles lutheries instrumentales, par la programmation, l’écriture et l’interprétation de pièces mixtes.

Il se distingue avant tout comme expérimentateur insatiable, accumulant de multiples expériences comme soliste (en collaborant avec les compositeurs Jose-Miguel Fernandez, Federico Schumacher, Cristian Morales-Ossio, Andrea Vigani, Vincent-Raphaël Carinola, Ondrej Adamek), comme compositeur (auprès de divers ensembles internationaux tels que Ü en Estonie, Aashti et le Taipei Chinese Orchestra à Taiwan, le collectif Spat’Sonore en France), en s’associant au ballet (avec la compagnie The Guest de Yuval Pick) ou au théâtre (avec la Compagnie Complètement Dramatique de Guillaume Perrot, la Compagnie Irina Brook au Théâtre National de Nice).

Au delà du champ des musiques contemporaines et de l’improvisation libre, il s’intéresse aux musiques traditionnelles indiennes et voyage régulièrement en Inde du Sud pour y suivre l’enseignement de spécialistes tels que Balakrishna Kamath ou Manik Munde et intégrer le langage de la musique carnatique à son univers musical.

Ce parcours atypique l’amène à développer un jeu personnel au sein des groupes Trio de Bubar (avec lequel il crée les spectacles “Chiaroscuro”, “Dans l’ombre de Norman McLaren”, “Bubaropolis” autour de la manipulation et le détournement d’objets), Les Émeudroides (quatuor post-jazz avec lequel il crée “Madhura Sopnam”, “l’Emupo”), le collectif Spat’ Sonore ou l’Ensemble Orchestral Contemporain.

Dans ces différents cadres, il se produit régulièrement à l’étranger en Europe, en Amérique ou en Asie, et enregistre pour divers labels discographiques (En jeux, Neos-music, Naïve, Sismal Records, Pueblo Nuevo, Umlaüt, Urborigène).

Jacques Di Donato

musicien 17 Déc 15 0

Jacques DI DONATO a joué tous les rôles en musiques : créateur, interprète, passeur, infatigable provocateur d’émotions et de passions. Après des études supérieures en clarinette au CNSM de Paris, sa curiosité le conduit à embrasser tous les genres musicaux : le bal dans l’orchestre familial, le studio, le show-biz, puis le Nouvel Orchestre Philharmonique de Radio France, la musique de chambre, les concerts en soliste, la pédagogie (notamment au CNSMD de Lyon). Clarinettiste, saxophoniste, batteur, c’est un rebelle qui ne manque pas de causes : en témoignent les dix éditions du Festival Fruits de Mhère, réunissant au cœur battant du Morvan le meilleur de toute la scène internationale des musiques improvisées. Il participe à de nombreuses créations et vit des rencontres fortes avec les compositeurs parmi les plus marquants de notre époque : K. Stockhausen, P. Boulez, G. Amy, O. Messiaen, J. Cage, L. Berio, V. Globokar, L. Nono, G. Aperghis. Son expérience professionnelle et sa carrière de soliste international ne le limitent en rien ; il y puise la possibilité d’une permission illimitée et communicative : improviser, ce n’est ni paraphraser, ni faire n’importe quoi, c’est s’autoriser. Son souci constant est de privilégier la création et de générer le bonheur d’aventures avec des musiques en dehors des genres, aux confins de la rigueur et du plaisir.

Nicolas Nageotte

musicien 17 Déc 15 0

Au départ il y a des études scientifiques et la clarinette classique. Puis à la suite de ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon (où il est élève de Jacques Di Donato) Nicolas Nageotte emprunte les chemins de traverse. Aux clarinettes (sib, basse, clarinette orientale, doudouk), aux saxophones (alto, baryton), il ne cesse de provoquer les rencontres aux frontières de l’écriture, de l’improvisation, des traditions orales.

Il s’exprime sur scène au sein des Emeudroïdes (improvisation libre), de Brahmâ (rock déclassé, avec Jacques Di Donato à la batterie et Florent Pujuila à la guitare), du Radeau de la Méduse (avec Isabelle Duthoit et Simon Henocq), du Cercle de Gaël Mevel, du Poète à New-York de Beñat Achiary, de Talawine ou d’Oksit (musiques orientales), mais aussi au sein de grands ensembles comme le Namascae Lemanic Modern Ensemble, ou de l’orchestre les Siècles.

Depuis 2010, il partage son temps entre Istanbul (où il apprend notamment les musiques tsiganes de Thrace, auprès de Selim et de Ramazan Sesler), la Bourgogne où il a élu domicile et où il enseigne (au conservatoire de Région de Chalon-sur-Saône et au Pôle Supérieur de Dijon), et toutes les scènes françaises de musiques libres.

Au saxophone, son langage est délibérément rageur et indiscipliné. De longues années de pratique du tai chi chuan (style yang originel) ne lui ont pas permis de canaliser son jeu.